On se connecte !

Culture & Découverte

Drogues, tabac, alcool : s’anesthésier pour mieux vivre ?

Avatar

Publié

le

Il faut bien considérer trois choses différentes : les conduites autodestructrices, les conduites destructrices, et les conduites dissociantes.

Les conduites autodestructrices

Fumer, c’est mauvais pour la santé. Alors, pourquoi fumer ? Pourquoi se faire du mal, même si sur le moment cela procure un sentiment agréable ?
Certaines personnes ne trouvent pas en eux la force, la motivation, les ressources intérieures pour dépasser cette envie, se raisonner, et mettre un terme à un comportement autodestructeur.
Il faut peut-être aller regarder dans le rétroviseur pour comprendre pourquoi un être humain adulte ne ressent pas le besoin ou les ressources nécessaire à sa propre survie…

Les conduites destructrices

Fumer, pour reprendre le même exemple, a un double effet : non seulement la cigarette détruit votre propre corps, mais en plus sa fumée détruit le corps des personnes qui sont autour de vous (sans parler des effets sur l’environnement).
Mais comment respecter autrui si je n’arrive déjà pas à me respecter moi-même ?

Les conduites dissociantes

Ce sont finalement les plus communes, à un certain degré. L’alcool a pour effet de nous éloigner de notre conscience. Le réel devient irréel, et cela est tellement moins effrayant. La conduite dissociante permet aussi, et surtout, de ne plus être à l’écoute de ses émotions, et donc de ne plus ressentir la douleur.
Si mon existence fait mal, l’alcool, la drogue ou certains médicaments permettront de ne plus avoir à “subir” la douleur de vivre.

Les liens entre les trois

Ces trois conduites se rejoignent, puisqu’elles sont toutes relatives à un mal-être, à une souffrance.
Elles ont également pour point commun de détruire la santé. Dans une société qui prend en charge les actes médicaux, la conduite à risque peut parfois se lire comme une forme de comportement immature : je me détruis, mais je sais que tu me répareras, puisque tu as l’obligation de me réparer. Une conduite immature ?

Quoi qu’il en soit, ces conduites révèlent surtout un mal-être, et c’est cela qui doit alerter.

Comment dépasser ces comportements destructeurs, tant pour vous que pour votre entourage (et pour la société) ?
N’hésitez pas à aller consulter un thérapeute.

Nos publications
Vous pouvez consulter notre Guide du développement personnel pour vous aider à choisir une méthode ou un spécialiste qui saura vous aider.
 
 

Vous avez envie de réagir, de partager votre expérience ?
Laissez un commentaire ci-dessous, ou rejoignez-nous sur notre page Facebook !

Crédit photo : Alex Harvey – Unsplash

Poursuivre la lecture
Publicité
1 commentaire

1 commentaire

  1. Ping : S'amuser, faire la fête, est-ce régressif ? | Bonheur.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Publicité